Archives pour la catégorie anti-gaspi

Solution Zéro Déchet pour Empêcher les fourmis de rentrer

J’ai cherché une solution zéro déchet pour empêcher les fourmis d’entrer chez moi. Et bonne nouvelle, c’est possible, il existe même plusieurs solutions. Ma préférée c’est celle avec les coquilles d’oeufs. Cela a bien fonctionné l’été dernier.
• Après avoir utilisé un œuf, mettre de coté la coquille.
• laver la coquille à l’eau froide
• La laisser sécher
• Une fois séchée, la concasser, en petits morceaux
• Repérer le passage des fourmis, souvent un rebord de fenêtre, et y mettre un petit monticule de poudre de coquilles d’œufs.

Les fourmis n’aiment pas avancer sur la craie, ou sur les coquilles d’œufs broyées. Elles essaient de contourner et si elles n’y parviennent pas elles font demi-tour. Le monticule une fois qu’il est mis, peut tenir longtemps. Il faut vérifier de temps en temps, et rajouter des coquilles d’œufs, si nécessaire.
Cette méthode est efficace, gratuite et écologique.

On peut également utiliser du vinaigre blanc, dans un vaporisateur, et pulvériser sur le passage. C’est efficace, mais seulement temporairement car une fois le vinaigre blanc évaporé, les fourmis reviennent. Cette solution peut être utilisée en complément du barrage de coquilles d’oeufs.

Les coquilles d’oeufs peuvent être remplacées par de la craie, en traçant un trait à la craie sur le point d’entrée des fourmis.

Je fais mon éponge grattante en sisal au crochet

grâce à son anneau, elle peut sécher sur le robinet

Je cherche des alternatives aux éponges grattantes qui finissent dans la poubelle. Après recherche, j’ai choisi d’en faire une à partir du sisal. Le sisal est une fibre extraite des feuilles de la plante qui porte le même nom, le sisal. Elle est originaire de l’est du Mexique. Ce n’est pas le choix vraiment parfait car elle a l’inconvénient d’être cultivée loin, elle est principalement cultivée en Afrique.

Pourquoi choisir le sisal? Le résultat obtenu avec le sisal est efficace, l’éponge est bien grattante. J’ai testé la fibre de jute en crochetant une éponge mais une fois mouillée l’éponge n’est pas autant grattante. L’éponge obtenue est lavable, jusqu’à 60°, sa durée de vie est donc longue. Le sisal est une fibre naturelle, donc en fin de vie elle se composte.

Pourquoi choisir le crochet? Il y a plusieurs manières de faire, tricot avec aiguilles 9mm, macramé, crochet, tissage à partir d’un métier à tisser. J’ai choisi le crochet tout simplement parce que je sais faire du crochet, je suis autonome. Je ne connais pas bien les autres techniques même si je suis partante pour les découvrir.

Ce qui est sympa, c’est que l’on peut réaliser cette éponge partout, dans un parc, dans un train, en discutant, en regardant un film…….Même si le sisal n’est pas très agréable à crocheter, ça demeure malgré tout un moment de détente avec la satisfaction de créer un objet utile, qui est rapide à réaliser.

Il est conseillé de se protéger les mains avec des gants quand on manipule le sisal. Personnellement je n’ai pas utilisé de gants, mais quand je sens que ça pique, je ralentis.

Temps de réalisation: environ 45 mn

coût de revient: environ 0,30 euro.

Matériel

  • du sisal, 2mm au-delà le résultat est trop réche, une longueur d’environ 10m
  • un crochet 6mm

le pas à pas

On peut acheter des bobines de sisal, dans les magasins de bricolage, au rayon ficelle. Hélas le sisal que j’ai trouvé provient de bien loin, de la République De Chine. et est emballé dans du plastique 😦

  • Faire une chaînette d’environ 7 ou 8 mailles en l’air
  • faire environ 7 rangs en maille serrées pour une version classique. Sinon tous les points sont possibles.
  • Une fois terminé les rangs, faire le pourtour des trois autres cotés en mailles serrées, pour avoir un contour plus net
  • A la fin du contour, faire une boucle, pour pouvoir suspendre l’éponge: faire une chaîne de 10 mailles en l’air, puis une maille coulée sur le coin de l’éponge.
  • Puis finir l’ouvrage.

Cette éponge cumule les avantages elle est efficace, sèche rapidement, dure longtemps, se lave, est économique, est esthétique. Et au final elle se composte. On peut en faire une pour la cuisine et une pour la salle de bain, pour les gommages du corps. Pour parfaire l’ensemble, il ne reste plus qu’elle soit cultivée localement, ou trouver une fibre naturelle locale ayant le même pouvoir grattant.

Mon Défi Rien de Neuf 2018

Le Défi Rien de Neuf en  2018 a été lancé par l’association Zéro Waste, de façon expérimental et a eu un succès inattendu avec plus 14000 participant(e)s. Il s’agit d’éviter les achats neufs en 2018.  J’achète très peu, souvent je réfléchis longuement avant un achat. J’ai même la réputation d’être « quelqu’un qui n’achète rien ».  Je crains l’erreur d’achat.  Donc ce défi devrait être plutôt facile pour moi, voir même une formalité, surtout que j’ai découvert l’achat de seconde main il y a quelque temps. Malgré tout, j’ai mis un mois avant de m’inscrire car j’ai commencé l’année par trois achats neufs, ce qui m’arrive rarement. Donc avant de commencer j’avais déjà « perdu ». Finalement je me suis inscrite fin janvier.

Mes achats Neufs 2018:

Malgré le défi, j’ai acheté des objets neufs, le moins possible bien évidement. Voici mes exceptions:

  1. Deux morceaux de tissus, en coton blanc, très fin. Pour réaliser des étamines pour faire germer des graines, pour filtrer les jus, le lait végétal, coulis ou autre, pour faire des sachets à tisanes, des sacs pour essorer les salades, les herbes et les conserver au frigo, des sacs à vrac très léger et légèrement transparent. C’est un achat que j’ai mis plusieurs mois à effectuer, je cherchais une solution de seconde main. J’ai acheté deux tissus au lieu d’un car j’ai demandé au vendeur du rez de chaussé un coton blanc le plus léger possible, j’ai pris et payé. Puis en visitant, au troisième étage dans le même magasin, au rayon tissu pour rideau, voilage, j’ai vu un tissu qui était encore plus fin, plus adapté, qui s’appelait tissu à étamines alors j’ai pris.  J’ai voulu me faire rembourser le premier tissu, mais comme il était déjà coupé et payé, c’était impossible.
  2. Un Découd vite. En réparant mes jeans j’ai un peu forcé sur mon découd vite et il s’est cassé. 😦 J’ai cherché des alternatives, sur le bon coin, chez Emmaus. Mais au bout de quelques mois, il me manquait trop, j’en ai acheté un neuf, avec emballage plastique. 😦
  3. batterie de secours pour téléphone mobile et cable chargeur. On m’a volé ma batterie de téléphone et mon cable alors qu’elle était en rechargement 😦  sur mon lieu de vacances d’été. J’ai racheté neuf, emballé dans du plastique bien costaud. 😦
  4. Trois Bobines de fil.  En mars j’ai acheté du fil de seconde main, mais pas très solide, pas tout à fait de la bonne couleur pour réparer mes jeans. De plus j’ai perdu pas mal de temps à les rembobiner. Alors en septembre, j’ai choisi d’acheter des bobines de fil neuves pour faire l’ourlet d’un pantalon.
  5. Grille à pizza très légère. J’ai l’espoir de trouver une solution pour ramener les pizza à emporter sans le carton d’emballage qui ne se recycle pas toujours. J’ai le projet de fabriquer un sac et mettre cette grille au fond du sac.
  6. Deux gobelets en inox. J’ai perdu mon gobelet en inox en juin. J’ai fonctionné sans pendant quelques mois, mais il m’a manqué. Alors j’en ai racheté un, mais à la caisse on m’a dit, ils se vendent par deux, alors j’ai pris deux.
  7. cartes postales. En vacances à Barcelone, j’ai été subjuguée par la Casa Batllo de Gaudi. Dans la boutique, j’étais tellement sous le charme de la visite, que  j’ai acheté 12 cartes postales, j’avais l’intention d’en expédier au moins 6, finalement ce fut aucune. Donc je me retrouve avec deux paquets de 6 cartes postales, emballées dans du plastiques 😦
  8. Livre « Zéro Plastique, zéro toxique » d’Aline Gubri. J’aime beaucoup son blog qui est une source d’inspiration. Dès que j’ai vu le livre, dans la boutique spécial vrac, j’ai eu une envie immédiate de l’acheter, ce qui m’est inhabituel. Je ne regrette pas du tout cet achat, j’adore ce livre.
  9. Une revue sur le crochet pour les débutantes. Je veux apprendre à faire du crochet. Je l’ai acheté sur mon lieu de vacances où je voulais absolument profiter de ma disponibilité pour apprendre. Il aurait fallu que j’anticipe.
  10. Livre de Cyril Dion, lors d’un de ses séances dédicaces. Dès que j’aurai fini de le lire, je le donnerai.
  11. Livre « faire ses chaussettes en crochet ». Je suis contente d’avoir ce livre que me tentait depuis un moment. J’espère qu’un jour je me crochèterai mes chaussettes. Pour l’instant mes tentatives, mêmes avec l’aide du livre, ne sont pas concluantes.
  12. livre ‘Faire son bonnet, écharpes » au crochet.  achat évitable? peut être. J’ai eu un coup de coeur pour les modèles de bonnet proposés.
  13. Deux livres sur l’hypersensibilité. Je pense être concernée, j’ai voulu en avoir le coeur net, assez subitement après avoir lu un article sur le net dans le métro, je n’ai pas pris le temps de rentrer chez moi pour chercher des alternatives. Je les ai acheté en sortant du métro. Un des achats était évitable car je l’ai vu sur un site de vente de seconde main, même s’il était récent. Je l’ai offert à l’anniversaire d’une copine après l’avoir lu.
  14. Un livre sur le Zéro Déchet. Il est écrit par Chloé Métahri, une blogueuse rencontrée à une soirée Zéro Déchet à l’Université  à Nanterre.

Mes achats de seconde main

L’ achat de seconde main est un geste écologique fort, il permet de préserver des ressources naturelles.  De plus il donne accès à des nouveautés sans passer par le neuf

  1. Pèse Personne.
  2. Grille-Pain, 5 euro chez Emmaus. Dès que je peux, j’ai l’intention d’aller dans un repaire café faire réparer l’ancien grille-pain.
  3. Mixeur Plongeant
  4. Bobine fil
  5. Crochet, livre sur le crochet, bobine fil et pelote de laine
  6. Vêtements et chaussures, Emmaus, Ressourcerie, Vide Dressing standing. On peut trouver de tous les style, du très chic au standard. Manteau, jupe, hauts, chemises paire de sandale
  7. Vaisselle
  8. Tissu. J’ai découvert un peu tardivement que le coin mercerie de Emmaus Nanterre ne durait que le mois d’octobre. Alors j’ai pris plus que nécessaire en tissu, pelote de fil….J’adore les tissus que j’y ai trouvé.
  9. Livres.

Réparation

  1. sac à main. J’en ai amené deux chez le cordonnier. J’ai récupéré un sac que ma fille aînée n’utilise plus.
  2. Je me suis initiée à réparer mes housses de couettes
  3. Je me suis initiée à réparer les jeans
  4. Petit ordinateur portable. J’essaie de le prolonger un maximum, cela fait plusieurs fois que je l’amène à réparer, même si je suis tentée d’en acheter un neuf.

Débrouille

  1. Mon anorak de sport, que j’ai depuis 2008 est abimé à plusieurs endroits, et notamment sur la manche. Je n’ai pas eu le temps de réparer le trou, j’ai mis sur la manche un bandeau et tout le monde à cru qu’il servait à décorer.

Emprunts

Principalement des livres en bibliothèque municipale.

Objets en attente de réparation

  1. une chaise de jardin, une soudure s’est cassée. La chaise est dans notre entrée depuis 6 mois. Je n’ai pas encore cherché de solution
  2. Une couette, des vêtements, des sacs …..J’ai au moins pour trois jours non stop de réparations coutures
  3. un grille-pain
  4. le moteur d’un mixeur plongeant

Vraiment j’ai l’impression d’être dans un « désert » de la réparation. Il faut vraiment être motivée pour trouver une solution. J’aimerai tant avoir accès à un service, un lieu, où je puisse venir réparer mes objets, avec au choix, en auto réparation ou en payant un service de réparation dans les cas où je manque de temps. Le concept des repair café est fabuleux, mais ils sont seulement  un samedi après midi une fois de temps en temps et ils sont souvent saturés. J’y suis allée une fois, c’était loin de chez moi, il  a plu fortement tout le trajet, j’était à vélo :(. Et puis arrivée sur place, il y avait une file d’attente. Il faut que je me prévois à nouveau une ou plusieurs séances en Repair Café. Ca permet d’éviter de nombreux déchets, et de préserver ainsi des ressources.

Objets à trouver:

  1. petit couteau de cuisine.  Après avoir recollé plusieurs fois le manche en bois, finalement à la fin ça ne tenait plus.
  2. chaussures de ville confortable. Ma situation est critique, je me suis retrouvée la semaine dernière en ville en robe avec des chaussures de footing. Coté style, ça ne me convient pas du tout. Il faut que je trouve une paire de chaussures, idéalement qui se répare à l’infini. Le cordonnier n’a pas pu réparer mes deux dernières paires de chaussures car d’après lui « ce ne sont pas de vrai chaussures ». Donc il faut que je parvienne à identifier ce que sont les vrais chaussures.
  3. une pelle et une balayette. En attendant, j’utilise une pelle qui a un long manche, pas très pratique.
  4. petit congélateur. Ca fait un an, qu’il est tombé en panne.

 

En faisant le bilan, je suis satisfaite d’avoir éviter au maximum les achats en plastique neuf. Je suis stupéfaite par le nombre de livres que j’ai acheté neufs, je me croyais plus sobre.  Il faut que je me remette à fréquenter plus souvent la bibliothèque de mon quartier. Même si ce sont des achats de seconde main, je trouve que j’ai acheté trop. Cette année j’ai eu l’impression que beaucoup d’objets se sont cassés, et de me trouver à chaque casse face à un défi. L’idéal c’est de parvenir à réparer. Vivement que je devienne plus bricoleuse.   Je vais régulièrement chez Emmaus, et sur les sites de ventes en ligne de seconde main. C’est de plus en plus un réflexe. Je recommande de s’inscrire à ce défi, que l’on réalise librement. Il m’a permis de réaliser qu’il existe des alternatives aux achats neufs, ce n’est pas si difficile. On peut trouver des solutions pleinement satisfaisantes. Je trouve stimulant, ludique de le faire dans ce contexte, avec les newsletter hebdomadaires qui donnent des pistes et surtout des informations sur la pertinence de ce défi, ce qui apporte beaucoup de sens à la démarche. Il me reste à tenir le Défi, en novembre et décembre, ce qui est un vrai défi à cause des fêtes de fin d’année. En 2019, je compte poursuivre. L’objectif du Défi, en 2019, c’est 100 000 participant(e)s.

 

 

 

 

Je fais mes carnets en Up-cycling

Je fais mes carnets à partir de fournitures que j’ai à ma disposition dans mes placards. D’après wikipédia, »l’Up-Cycling, ou Surcyclage, c’est l’action de de récupérer des matériaux ou des produits dont on n’a plus l’usage afin de les transformer en matériaux ou produits de qualité ou d’utilité supérieure. On recycle donc « par le haut ». En plus des bénéfices écologiques de la réutilisation, le surcyclage donne l’occasion de créer et recréer des objets uniques. »

Concernant les carnets, il y a plusieurs façon de faire. J’ai pour l’instant utilisé la méthode de Béa Johnson. Lire la suite Je fais mes carnets en Up-cycling

Je répare les pantalons en jeans

Dans un souci de maximaliser l’usage de mes vêtements, de ne pas jeter, je cherche à les réparer. Au cours de couture, je viens d’apprendre à réparer les jeans. 🙂 J’en suis ravie. J’en ai cinq en attente de réparation. Même mes adolescentes demandent que je répare leurs Jeans qu’elles aiment tant. Ils se déchirent souvent au même endroit, au niveau de l’entrejambe.   Mieux vaut utiliser du fil gris, c’est ce qui est le moins visible. A défaut j’ai par moment utilisé du fil bleu. Pour les jeans noir, j’ai utilisé du fil noir.

J’ai sacrifié deux jeans, pour pouvoir couper des pièces qui permettent de réparer, un bleu et un noir. J’ai choisi des jeans, déjà déchirés et trop petits pour mes adolescentes.

  1. Bâtir un morceau de Jean qui recouvre le (ou les) trous sur l’envers. Il faut bien prendre le temps de regarder au-delà des trous, car c’est souvent toute une zone qui est fragilisée. Tant qu’à réaliser un « chantier » de réparation, autant consolider également les zones alentours fragilisées, sur le point de se trouer.

2. Mettre le Jean sur l’endroit et faire un Zig zag sur les trous à l’aide d’une machine à coudre.

3. Mettre le jean à l’envers et coudre sur tout le pourtour de la pièce.

4. Surfiler la pièce. Je l’ai fait à l’aide d’une surjetteuse du cours de couture.

5. C’est réparé!!!!! 🙂 🙂 🙂

Autre exemple de réparation. Celle ci m’a particulièrement donnée du « fil à retordre ».  J’ai cousu, puis décousu car j’avais aussi cousu involontairement une partie de la jambe, puis recousu. Faire et défaire. Je n’avais pas suffisamment de fil gris, alors j’ai du jongler entre la canette et la bobine pour que le fil gris soit sur la partie visible du jean plutôt que le fil bleu qui se voie plus.

Après réparation, une fois porté, on  voit peu la zone réparée, c’est discret, et heureusement.

 

Invitée sur France3 Région : Gaspillage Alimentaire

Je suis invitée en tant que « citoyenne qui ne gaspille pas de nourriture » à l’émission de télévision, « 9h50 Le Matin », sur France3 Paris Ile de France. Le thème est « Le gaspillage alimentaire ». Nous sommes quatre invité(e)s. L’émission est à voir le mardi 30 janvier 2018 à 9h50 sur France3 et dure environ 50mn.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/emissions/9h50-paris-ile-de-france

Je répare mes housses de couettes

J’ai cinq  housses de couettes, et elles sont toutes déchirées, et cela au même endroit, en haut au niveau du pli ou de la couture. Cela fait plus de dix ans que je les ai.  En attendant de trouver une solution durable, pour cacher ces déchirures, j’utilise des draps anciens blanc, brodés, et je recouvre le haut de la couette avec.

Est-il pertinent de passer du temps à les réparer?

J’ai évidement droit aux remarques usuelles:  « c’est moins cher de jeter et racheter neuf » « Ne t’embête pas  à réparer » « Ca ne vaut pas le coup, vu le nombre d’heures que tu vas passer à réparer…. » .  Malgré ces remarques décourageantes, je préfère réparer pour maximaliser l’usage dans un souci de préservation des ressources planétaires. La fabrication du tissu, nécessite plusieurs étapes, et chacune de ses étapes a un coût environnemental. Il faut cultiver du coton, souvent avec des pesticides…….etc..

J’essaie de réparer avec des tissus que j’ai déjà, sinon il est possible d’utiliser du tissu de largeur spécial drap.

Couette blanche à fleur jaune

Cette couette, je l’ai achetée en solde il y a 14 ans. Elle ne m’a jamais vraiment plu, mais elle était en solde. Depuis, je préfère acheter des objets qui me plaisent vraiment. Comme elle ne me plait pas vraiment, j’ai hésité à me lancer dans un chantier de réparation. Malgré tout, je me lance. Elle se déchire seulement au pli en haut.

  1. J’ai enlevé le haut de la couette, sur environ 10cm de part et d’autre et ce sur toute la largeur. J’ai donc enlevé 20cm *212cm.
  2. J’ai dû constituer une pièce de remplacement de 30cm*215cm, en tenant compte des marges de couture.  J’ai utilisé un tissu de récupération, un drap housse jaune uni d’un lit une personne. Le centre de ce drap était complètement fragilisé et même par endroits troué, mais tout le pourtour est encore utilisable. Il était dans mon stock de tissu. J’ai du assemblé 4 morceaux de tissu pour obtenir la pièce souhaitée, cela m’a pris du temps.
  3. J’ai assemblé cette nouvelle pièce sur la housse de couette.  J’ai commencé par coudre un coté vertical, puis les deux largeurs, et pour terminer l’autre coté vertical. J’ai surjeté grâce à la surjeteuse du cours de couture. J’ai  prévu seulement 1,5cm pour les marges de couture c’est trop peu.  Mieux vaut prévoir 2 ou 3cm de marges de couture.

C’est la première fois que je réalise un chantier couture de cette ampleur sans aide. Je suis vraiment contente d’avoir abouti, ça m’a permis de me faire la main. J’aime beaucoup le résultat final, car l’assemblage de tissu uni avec des tissus à motif me plait. Il me reste 4 autres couettes à réparer.

Couette cachemire

J’aime beaucoup cette couette, les motifs et les couleurs me plaisent. Elle a déjà été réparée au moins deux fois. Elle se fragilise au niveau de la couture en haut, seul le tissu du dessous s’abime. Le tissu du dessus reste en très bon état.  Je l’ai raccourcie déjà deux fois et ça tient quelques années, puis le tissu du dessous craque à nouveau.

  1. Je coupe toute la partie abimée sur le tissus du dessous, sur 25cm, sur toute la longueur 226cm.
  2. En tissu de remplacement je choisi un tissu parme que j’ai acheté lors d’une brocante de couturière, qui fait seulement 147cm de large. J’assemble donc deux morceaux pour avoir la bonne largeur.  Je prévois 2cm de marge de couture.  25+2+2+2+2=33cm en hauteur et 226+2+2+2+2=234 de largeur.
  3. J’assemble le tout avec une machine à coudre. Puis je surjette les coutures au cours de couture.

Le résultat est très beau. Le rajout du tissu parme apporte de la nouveauté, elle est comme neuve.

Couette parme

 

Le tissu du haut de la couette est troué, fragilisé.

  1. J’hésite entre enlever 20 ou 25 cm. Finalement j’enlève 20 cm en haut de part et d’autre sur toute la longueur 216cm.
  2. Je dois donc constituer une pièce de remplacement: J’utilise le même tissu parme que pour réparer la couette cachemire . Je prend 3cm pour les marges de coutures. pour la longueur 216+3+3=222cm et pour la largeur je prend 40+3+3+3+3=52cm, 3cm de marges de coutures de part et d’autre et également 3cm de marge de coutures sur la couette. Le tissu parme que j’ai, fait 146cm de largeur, il faut donc que j’assemble deux morceaux pour obtenir la bonne largeur.
  3. Assemblage et surjettage comme pour la couette blanche à fleurs jaunes.

Le résultat me plait beaucoup.

 

Emballage cadeau Zéro Déchet

(6 décembre 2016)

J’ai testé l’emballage des cadeaux uniquement avec de la récup.

Emballage avec du papier journal

  • du papier journal
  • des rubans récupérés
  • des étiquettes faites dans du papier kraft issu d’enveloppes. J’ai découpé des formes avec des pochoirs.

J’adore le résultat. Avec la récupération, c’est grisant car les possibilités sont infinies. Au printemps, je peux utiliser un ruban vert clair et une étiquette en forme de papillon. Une fois les cadeaux ouverts, j’ai l’intention de récupérer les emballages, rubans, etc……

20161205_132155

20161205_132206

12/10/2017

J’aime beaucoup le rendu du cadeau emballé dans du papier journal. Mais je crains  d’offrir un cadeau avec un tel emballage, je crains que ce soit mal perçu. Si le cadeau m’est destiné, j’apprécierais beaucoup. J’ai testé d’autres emballages, celui en tissu.

Emballage tissu, que l’on récupère après avoir offert le cadeau……. ou pas

Ci-dessous, voici un emballage tissu, que j’ai acheté à une créatrice. Je le trouve très beau, tellement beau d’ailleurs, que je veux le garder.  Ainsi il peut me servir pour offrir uniquement à mon entourage très proche. Je ne me sens pas du tout à l’aise de dire « je t’offre ce cadeau, mais je récupère l’emballage ».  Une fois que ce sera rentré dans les moeurs, pourquoi pas, mais pour l’instant je ne me sens pas à l’aise.  Ou alors j’accepte d’offrir l’emballage avec le cadeau, et celui ci fait partie intégrante du cadeau. Comme il est réutilisable à l’infini, c’est une option.

Emballage tissu, que j’offre avec le cadeau

Comme j’ai pris des cours de couture, je sais maintenant faire des sacs à vrac. Je peux ainsi faire un sac à vrac dans du joli tissu. Ci dessous j’emballe un livre, avec un tissu acheté de seconde main dans une brocante spéciale couturières. Comme cela l’emballage peut ensuite avoir une nouvelle vie, soit en sac à vrac, soit à nouveau en emballage cadeau. Et il fait partie intégrante du cadeau.

Joli présentation à l’aide d’un ruban.

 

Calendrier de l’Avent Zéro Déchet

J’ai été immédiatement séduite par l’idée de Laurie du blog « Un trésor dans mon placard »  calendrier de l’Avent Perpétuel . Je trouve son calendrier très esthétique, il peut se réutiliser tous les ans, permet d’Up-cycler des chutes de tissus et j’ai tout ce qu’il faut pour le faire. Je le trouve parfait.

20161111_103707
pelote de fibre d’ortie

Matériel:

  • chutes de tissus.J’ai choisi de faire 18 sachets beiges, 2 sachets rouges, 2 sachets fushias, 2 sachets parmes.
  • un sac en papier
  • pour les liens: Pelote de fibre d’ortie. celle que j’ai trouvé au salon Marjolaine Salon Marjolaine

Fabrication des sachets

environ 8cm par 9cm pour les sachets beige pour optimiser la chute que j’avais. Et dans les autres couleurs, j’ai fait des sachets un peu plus grand, 9cm par 10cm.

  • Mesure et Coupe des rectangles (12cm*25cm) 
  • Surjetté chaque rectangle sur tout le pourtour. Cela m’a permis de me familiariser un peu plus avec la surjetteuse, cette machine vis à vis de qui je ne suis pas à l’aise.
  • Couture des ourlets
  • Couture des cotés

20161125_175058

Fabrication des étiquettes

Dans un sac en papier. En ayant dans mon sac un tote bag, je suis organisée pour pouvoir refuser les sacs à usages uniques, mais via les autres membres de ma famille, il en arrive encore chez moi.

  • 24 cercles réalisés à l’aide d’une pièce de deux euros
  • numéro réalisés à l’aide d’un pochoir et d’un stylo bille noir
  • Comme le sac est trop fin, j’ai collé  avec la Colle fait maison  les deux faces du sac pour rigidifier les étiquettes

20161125_182131

  • Cercles découpés avec des ciseaux 20161203_103800
  • Trou dans chaque étiquette à l’aide d’un clou
  • ficelle passée dans chaque étiquette à l’aide d’une grosse aiguille

Présentation

20161205_101723

J’ai pris un corbeille à pain que j’avais déjà. Je l’ai enveloppée dans deux serviettes en tissus rouges et mis un ruban blanc pour maintenir les serviettes.

20161205_101845

J’ai rempli les sachets aléatoirement avec

  • des pralines achetées en vrac à la Biocoop
  • des petits sablés faits maison
  • des noix achetées en vrac
  • des chocolats achetés en vrac chez un chocolatier

Même si j’y ai passé pas mal de temps, j’ai beaucoup aimé faire ce calendrier de l’Avent.

25/11/2020

Ce calendrier de l’avent, m’a servi chaque année depuis sa création. Il me plait toujours autant. A l’usage, finalement la fibre d’ortie est trop fragile, les liens se sont cassés :(. Je les ai mis au compost.  Je viens de les remplacer par de la fibre de jute, de 1mm, donc très fine, l’aspect reste naturel et discret. J’ai fait une entorse au « Défi Rien de Neuf » car j’ai acheter une bobine de cette ficelle.20201125_110955 

J’ai refait un calendrier cette année pour ma fille aînée qui doit passer le mois de décembre en province. J’ai été impressionnée par le temps que cela m’a pris, mais ça vaut la peine, car c’est un projet sympa, perpétuel qui plait beaucoup. De plus il est évolutif, on peut changer les liens, mettre quelques sacs en tissu de couleur. Je suis contente d’avoir gardé le « patron », un rectangle de 12cm par 25cm. Je n’ai pas réussi à remettre la main sur mon pochoir de chiffre, 😦 j’ai choisi de racheter un pochoir à chiffre, …..encore une entorse au Défi Rien de Neuf. Et en plus il me plait moins que l’autre pochoir…. J’ai repris des tissus récupérés, ça permet d’utiliser des chutes de tissus. J’en ai utilisé une tissu écossais. Une connaissance avait raccourci une jupe, il restait une chute étroite et longue. Quand je l’ai récupéré, je n’avais aucune idée de ce que je pouvais en faire. Et je suis toute contente de l’avoir transformé en 6 sachets, très beaux. 🙂

J’Emballe Mon Sandwich Durablement

Petit à petit je cherche à m’équiper pour emballer durablement mes achats.  Je suis toute contente de ma dernière réalisation. Merci à Marie Barroso pour pour avoir eu l’idée d’emballer comme un bonbon.

Sandwich emballé comme un bonbon
Sandwich emballé comme un bonbon

Matériel:

  • un morceau de toile cirée 53cm par 43 cm
  • un bout de tissu en coton de mêmes dimension que la toile cirée.
  • deux rubans 1cm par 40cm. J’ai pris ce que j’avais. Je verrai à l’usage s’ils sont suffisamment long.

Concernant les fournitures, j’ai recyclé une nappe cirée inutilisable car déchirée. Et j’ai pris un tissu en coton et deux rubans en coton que j’avais déjà

  • Couture à la machine endroit contre endroit, en laissant une ouverture pour pouvoir retourner.
  • Retourner.
  • Puis couture de l’ouverture. J’obtiens un rectangle 49,5cm par 40cm.
  •  Couture à la main des deux rubans sur la partie coton. A 6cm des bords latéraux et sur la ligne centrale. Couture uniquement du milieu du ruban.

20161119_091320
coté toile cirée

20161119_091305
Coté coton.

20161119_091232
une fois plié

Quand on mange le sandwich, l’emballage peut servir de mini nappeA transporter, il est léger (106g) et peu encombrant. Pour le nettoyage, j’envisage de nettoyer avec une éponge le coté toile cirée et avec une brosse le coté en coton.

Cet emballage me servira également pour d’autres usages, fromages, parts de tartes salées, quenelles…….

Il ne m’a rien couté. Encore une fois, je réalise que j’ai des trésors dans mes placards.