Archives pour la catégorie gratuit

Solution Zéro Déchet pour Empêcher les fourmis de rentrer

J’ai cherché une solution zéro déchet pour empêcher les fourmis d’entrer chez moi. Et bonne nouvelle, c’est possible, il existe même plusieurs solutions. Ma préférée c’est celle avec les coquilles d’oeufs. Cela a bien fonctionné l’été dernier.
• Après avoir utilisé un œuf, mettre de coté la coquille.
• laver la coquille à l’eau froide
• La laisser sécher
• Une fois séchée, la concasser, en petits morceaux
• Repérer le passage des fourmis, souvent un rebord de fenêtre, et y mettre un petit monticule de poudre de coquilles d’œufs.

Les fourmis n’aiment pas avancer sur la craie, ou sur les coquilles d’œufs broyées. Elles essaient de contourner et si elles n’y parviennent pas elles font demi-tour. Le monticule une fois qu’il est mis, peut tenir longtemps. Il faut vérifier de temps en temps, et rajouter des coquilles d’œufs, si nécessaire.
Cette méthode est efficace, gratuite et écologique.

On peut également utiliser du vinaigre blanc, dans un vaporisateur, et pulvériser sur le passage. C’est efficace, mais seulement temporairement car une fois le vinaigre blanc évaporé, les fourmis reviennent. Cette solution peut être utilisée en complément du barrage de coquilles d’oeufs.

Les coquilles d’oeufs peuvent être remplacées par de la craie, en traçant un trait à la craie sur le point d’entrée des fourmis.

Conférence: « Le Zéro Déchet, pourquoi pas moi? » au centre Pompidou

En tant que membre de Zéro Waste Paris, j’interviens avec Margaux Calon, Odile Podpovitny, Tristan Duhamel. Ce sera lundi 5 novembre 2018, à la BPI, au centre Pompidou à Paris.
L’accès est gratuit. La rencontre sera diffusée en direct sur le site de la BPI. N’hésitez pas à venir.

Pour plus d’information:

 

Coquelicot Zéro Déchet

Je cherche à réaliser des coquelicots factices en mode Zéro déchet, c’est à dire avec du matériel que j’ai déjà dans mes placards, à portée de main. Et après réflexion et recherches sur internet,j’ai trouvé des idées pour faire avec du matériel que j’ai à disposition et  j’ai même le luxe d’avoir le choix. Je pourrai faire avec du papier crépon, du papier de soie, du tissu, des serviettes en papiers, du papier cadeau, des sacs en papier de courses …….Comme souvent j’ai abondance de choix et de matériel.

Pour la méthode je me suis inspirée du lien suivant: http://www.beskid.com/atelier-creation/coquelicot.html

Avec des serviettes en papiers

Matériel

  • serviettes en papier : une rouge, une noire, une jaune
  • un pin’s pour servir de « broche », ou pince à nourrice
  • une tige qui sert à fermer les sacs de congélation
  • colle fait maison
  • un verre, ou un compas
  • une règle
  • de quoi écrire sur la serviette noire, craie blanche par exemple

Quand je vais au restaurant  j’utilise une serviette en tissu que j’ai dans mon sac en permanence. La serviette en papier posée sur la table sera  jetée alors je préfère la récupérer.  Ainsi j’ai un petit tas de serviettes en papiers dans mon placard de cuisine. J’en ai pris une rouge, une noire, une verte car je n’avais pas de serviette jaune.

Je garde les pin’s divers et variés qui entrent chez moi dans un bocal.

J’ai un petit stock des tiges qui servent à fermer les sacs de congélation, qui date du temps où j’achetais des sacs de congélation et du pain tranché qui était servi dans un sac plastique fermé par une tige.

  1. Pétales rouges: A l’aide du verre, le plus large que j’ai, de diamètre de 8cm. J’ai fait 6 cercles rouges, dans la serviette rouge.
  2. Dans la serviette noire découper un rectangle de 5cm de hauteur de 3cm de largeur.  Plier dans la hauteur à peu près en deux. Et couper 5 bandes d’environ 0,5cm jusqu’à environ la moitié de la hauteur. Entortillez avec les doigts les 5 bandes
  3. Dans la serviette jaune, découper un carré de 5cm par 5cm.  Plier à peu près en deux. Découper environ 5 « vagues » pour simuler des pétales.
  4. Recouvrir le pin »s pour cacher le message. J’y ai mis un morceau de serviette un papier vert en deux épaisseurs pour bien recouvrir le message inscrit sur le pin’s. Ca tient à l’aide de la colle fait maison.
  5. Entortiller la tige, autour de la pince à nourrice.
  6. Coller le papier jaune autour de la tige
  7. Puis coller le papier noire
  8. Puis pour chaque pétale rouge, plisser le bas pour la creuser  et coller la partie plissée autour de la tige, en faisant chevaucher les pétales.

J’ai inversé le noir et le jaune car j’ai suivi le tuto. Mais en regardant des photos  de coquelicots on peut voir que c’est l’inverse, c’est un détail sans grande importance. Ma serviette en papier rouge était bien froissée, cela donne au coquelicot un aspect bien épanoui.

 

 

 

 

Je fais mes carnets en Up-cycling

Je fais mes carnets à partir de fournitures que j’ai à ma disposition dans mes placards. D’après wikipédia, »l’Up-Cycling, ou Surcyclage, c’est l’action de de récupérer des matériaux ou des produits dont on n’a plus l’usage afin de les transformer en matériaux ou produits de qualité ou d’utilité supérieure. On recycle donc « par le haut ». En plus des bénéfices écologiques de la réutilisation, le surcyclage donne l’occasion de créer et recréer des objets uniques. »

Concernant les carnets, il y a plusieurs façon de faire. J’ai pour l’instant utilisé la méthode de Béa Johnson. Lire la suite Je fais mes carnets en Up-cycling

Je répare les pantalons en jeans

Dans un souci de maximaliser l’usage de mes vêtements, de ne pas jeter, je cherche à les réparer. Au cours de couture, je viens d’apprendre à réparer les jeans. 🙂 J’en suis ravie. J’en ai cinq en attente de réparation. Même mes adolescentes demandent que je répare leurs Jeans qu’elles aiment tant. Ils se déchirent souvent au même endroit, au niveau de l’entrejambe.   Mieux vaut utiliser du fil gris, c’est ce qui est le moins visible. A défaut j’ai par moment utilisé du fil bleu. Pour les jeans noir, j’ai utilisé du fil noir.

J’ai sacrifié deux jeans, pour pouvoir couper des pièces qui permettent de réparer, un bleu et un noir. J’ai choisi des jeans, déjà déchirés et trop petits pour mes adolescentes.

  1. Bâtir un morceau de Jean qui recouvre le (ou les) trous sur l’envers. Il faut bien prendre le temps de regarder au-delà des trous, car c’est souvent toute une zone qui est fragilisée. Tant qu’à réaliser un « chantier » de réparation, autant consolider également les zones alentours fragilisées, sur le point de se trouer.

2. Mettre le Jean sur l’endroit et faire un Zig zag sur les trous à l’aide d’une machine à coudre.

3. Mettre le jean à l’envers et coudre sur tout le pourtour de la pièce.

4. Surfiler la pièce. Je l’ai fait à l’aide d’une surjetteuse du cours de couture.

5. C’est réparé!!!!! 🙂 🙂 🙂

Autre exemple de réparation. Celle ci m’a particulièrement donnée du « fil à retordre ».  J’ai cousu, puis décousu car j’avais aussi cousu involontairement une partie de la jambe, puis recousu. Faire et défaire. Je n’avais pas suffisamment de fil gris, alors j’ai du jongler entre la canette et la bobine pour que le fil gris soit sur la partie visible du jean plutôt que le fil bleu qui se voie plus.

Après réparation, une fois porté, on  voit peu la zone réparée, c’est discret, et heureusement.

 

Je répare mes housses de couettes

J’ai cinq  housses de couettes, et elles sont toutes déchirées, et cela au même endroit, en haut au niveau du pli ou de la couture. Cela fait plus de dix ans que je les ai.  En attendant de trouver une solution durable, pour cacher ces déchirures, j’utilise des draps anciens blanc, brodés, et je recouvre le haut de la couette avec.

Est-il pertinent de passer du temps à les réparer?

J’ai évidement droit aux remarques usuelles:  « c’est moins cher de jeter et racheter neuf » « Ne t’embête pas  à réparer » « Ca ne vaut pas le coup, vu le nombre d’heures que tu vas passer à réparer…. » .  Malgré ces remarques décourageantes, je préfère réparer pour maximaliser l’usage dans un souci de préservation des ressources planétaires. La fabrication du tissu, nécessite plusieurs étapes, et chacune de ses étapes a un coût environnemental. Il faut cultiver du coton, souvent avec des pesticides…….etc..

J’essaie de réparer avec des tissus que j’ai déjà, sinon il est possible d’utiliser du tissu de largeur spécial drap.

Couette blanche à fleur jaune

Cette couette, je l’ai achetée en solde il y a 14 ans. Elle ne m’a jamais vraiment plu, mais elle était en solde. Depuis, je préfère acheter des objets qui me plaisent vraiment. Comme elle ne me plait pas vraiment, j’ai hésité à me lancer dans un chantier de réparation. Malgré tout, je me lance. Elle se déchire seulement au pli en haut.

  1. J’ai enlevé le haut de la couette, sur environ 10cm de part et d’autre et ce sur toute la largeur. J’ai donc enlevé 20cm *212cm.
  2. J’ai dû constituer une pièce de remplacement de 30cm*215cm, en tenant compte des marges de couture.  J’ai utilisé un tissu de récupération, un drap housse jaune uni d’un lit une personne. Le centre de ce drap était complètement fragilisé et même par endroits troué, mais tout le pourtour est encore utilisable. Il était dans mon stock de tissu. J’ai du assemblé 4 morceaux de tissu pour obtenir la pièce souhaitée, cela m’a pris du temps.
  3. J’ai assemblé cette nouvelle pièce sur la housse de couette.  J’ai commencé par coudre un coté vertical, puis les deux largeurs, et pour terminer l’autre coté vertical. J’ai surjeté grâce à la surjeteuse du cours de couture. J’ai  prévu seulement 1,5cm pour les marges de couture c’est trop peu.  Mieux vaut prévoir 2 ou 3cm de marges de couture.

C’est la première fois que je réalise un chantier couture de cette ampleur sans aide. Je suis vraiment contente d’avoir abouti, ça m’a permis de me faire la main. J’aime beaucoup le résultat final, car l’assemblage de tissu uni avec des tissus à motif me plait. Il me reste 4 autres couettes à réparer.

Couette cachemire

J’aime beaucoup cette couette, les motifs et les couleurs me plaisent. Elle a déjà été réparée au moins deux fois. Elle se fragilise au niveau de la couture en haut, seul le tissu du dessous s’abime. Le tissu du dessus reste en très bon état.  Je l’ai raccourcie déjà deux fois et ça tient quelques années, puis le tissu du dessous craque à nouveau.

  1. Je coupe toute la partie abimée sur le tissus du dessous, sur 25cm, sur toute la longueur 226cm.
  2. En tissu de remplacement je choisi un tissu parme que j’ai acheté lors d’une brocante de couturière, qui fait seulement 147cm de large. J’assemble donc deux morceaux pour avoir la bonne largeur.  Je prévois 2cm de marge de couture.  25+2+2+2+2=33cm en hauteur et 226+2+2+2+2=234 de largeur.
  3. J’assemble le tout avec une machine à coudre. Puis je surjette les coutures au cours de couture.

Le résultat est très beau. Le rajout du tissu parme apporte de la nouveauté, elle est comme neuve.

Couette parme

 

Le tissu du haut de la couette est troué, fragilisé.

  1. J’hésite entre enlever 20 ou 25 cm. Finalement j’enlève 20 cm en haut de part et d’autre sur toute la longueur 216cm.
  2. Je dois donc constituer une pièce de remplacement: J’utilise le même tissu parme que pour réparer la couette cachemire . Je prend 3cm pour les marges de coutures. pour la longueur 216+3+3=222cm et pour la largeur je prend 40+3+3+3+3=52cm, 3cm de marges de coutures de part et d’autre et également 3cm de marge de coutures sur la couette. Le tissu parme que j’ai, fait 146cm de largeur, il faut donc que j’assemble deux morceaux pour obtenir la bonne largeur.
  3. Assemblage et surjettage comme pour la couette blanche à fleurs jaunes.

Le résultat me plait beaucoup.

 

Potager: Bordures en palettes pour ma parcelle

J’ai refait le bordure de ma parcelle dans le jardin partagé, en mode récupération. J’aime beaucoup le concept de jardin partagé. C’est un lieu d’échanges et de partages fabuleux. Pour apprendre à bricoler c’est idéal. Je me suis inscrite à l’atelier bordure animé par JP.  J’avais repéré au préalable cette belle palette, sur un trottoir, proche de chez moi. Je ne sais pas si elle a reçu des traitements, mais son aspect m’a plu. Les planches ont une couleur inspirante, et elles sont suffisamment grandes pour pouvoir réaliser de beaux projets avec.

Lire la suite Potager: Bordures en palettes pour ma parcelle

Emballage cadeau Zéro Déchet

(6 décembre 2016)

J’ai testé l’emballage des cadeaux uniquement avec de la récup.

Emballage avec du papier journal

  • du papier journal
  • des rubans récupérés
  • des étiquettes faites dans du papier kraft issu d’enveloppes. J’ai découpé des formes avec des pochoirs.

J’adore le résultat. Avec la récupération, c’est grisant car les possibilités sont infinies. Au printemps, je peux utiliser un ruban vert clair et une étiquette en forme de papillon. Une fois les cadeaux ouverts, j’ai l’intention de récupérer les emballages, rubans, etc……

20161205_132155

20161205_132206

12/10/2017

J’aime beaucoup le rendu du cadeau emballé dans du papier journal. Mais je crains  d’offrir un cadeau avec un tel emballage, je crains que ce soit mal perçu. Si le cadeau m’est destiné, j’apprécierais beaucoup. J’ai testé d’autres emballages, celui en tissu.

Emballage tissu, que l’on récupère après avoir offert le cadeau……. ou pas

Ci-dessous, voici un emballage tissu, que j’ai acheté à une créatrice. Je le trouve très beau, tellement beau d’ailleurs, que je veux le garder.  Ainsi il peut me servir pour offrir uniquement à mon entourage très proche. Je ne me sens pas du tout à l’aise de dire « je t’offre ce cadeau, mais je récupère l’emballage ».  Une fois que ce sera rentré dans les moeurs, pourquoi pas, mais pour l’instant je ne me sens pas à l’aise.  Ou alors j’accepte d’offrir l’emballage avec le cadeau, et celui ci fait partie intégrante du cadeau. Comme il est réutilisable à l’infini, c’est une option.

Emballage tissu, que j’offre avec le cadeau

Comme j’ai pris des cours de couture, je sais maintenant faire des sacs à vrac. Je peux ainsi faire un sac à vrac dans du joli tissu. Ci dessous j’emballe un livre, avec un tissu acheté de seconde main dans une brocante spéciale couturières. Comme cela l’emballage peut ensuite avoir une nouvelle vie, soit en sac à vrac, soit à nouveau en emballage cadeau. Et il fait partie intégrante du cadeau.

Joli présentation à l’aide d’un ruban.

 

Infusion queues de cerises

J’ai testé l’infusion queues de cerises. J’ai gardé les queues de cerises au fur et à mesure de notre consommation le temps de la saison. J’en ai récolté 17g, l’équivalent de trois poignées, donc j’ai de quoi faire 3L d’infusion.  J’ai suivi le déroulé décrit dans le livre « Les Epluchures » de Marie Cochard. Cette infusion a des vertus drainante, diurétique, amincissante et soulage les infections urinaires, intestinales

20161012_124207

20161003_121408
Je les ai fait sécher au soleil quelques jours, pour bien les conserver
20161011_180813
Une poignée dans 1L d’eau et macération toute une nuit
20161012_113456
Après une nuit de macération, l’eau a changé de couleur.
20161012_115640
portez l’ensemble à ébullition pendant 4 mn. Laissez infuser une vingtaine de minute hors du feu.
20161012_123050
Filtrez la décoction

20161012_124207La couleur obtenue est très sympa! A conserver au frais et boire sur un ou deux jours. Cette infusion peut se boire froide ou chaude, personnellement j’ai une nette préférence pour la version chaude. Cette tisane est une révélation, elle est délicieuse.

Infusion réalisée le 12 octobre 2016.